La Suisse vers un remboursement des frais de traductions en milieu hospitalier ?

La Suisse vers un remboursement des frais de traductions en milieu hospitalier ?

Le Gouvernement du Canton du Jura, en Suisse, a été interrogé fin mars par le groupe socialiste sur le remboursement des frais de traduction dans le milieu médical. Sa réponse est sans équivoque : la LAMal (régime suisse pour les frontaliers) ne reconnaît pas cette charge.
Cette problématique est récurrente dans le canton où les patients sont souvent amenés à se faire hospitaliser de l’autre côté de la frontière linguistique.

En effet, les prestations remboursées par les caisses maladies, au sens de la loi, ne mentionnent pas l’usage d’un interprète. Autrement dit: les coûts liés à un service de traduction sont à la charge du patient, de l’hôpital ou du canton. Cela dépend de l’interprétation du droit et de la nature de l’établissement dans lequel il y a consultation.

Prestations d’intérêt général
Les autorités cantonales n’ont par exemple aucune possibilité d’infléchir les pratiques des cliniques privées. En revanche, elles sont en mesure de supporter les coûts d’un service de traduction dans une institution publique. C’est en substance la réponse que le Gouvernement jurassien a donné au groupe socialiste dans sa réponse du 3 mai.

Les prestations d’intérêt général sont une manière de garantir la gratuité des traductions par le canton. Elles sont en vigueur dans les hôpitaux publics et font l’objet d’un contrat spécifique entre les autorités et l’établissement.

Une prise en charge floue
Le Jura, par exemple, a mis en place un système de convention avec les hôpitaux universitaires bâlois qui oblige de communiquer dans la langue maternelle du patient, sans frais supplémentaires.

Reste que la question demeure: si le droit à l’information constitue un principe essentiel dans les lois sanitaires, la prise en charge des coûts liés à son respect reste floue.

Une IA d'interprétation... très humaine

Une IA d'interprétation... très humaine

18 mai 2016
La nouvelle a fait grand bruit dans le monde de l'interprétation : l'entreprise chinoise leader du marché de la traduction automatique, qui prétendait utiliser l'Intelligence Artificielle pour traduire les orateurs, utilisait en fait des interprètes tout ce qu'il a de plus humains...
Vidéo : Alltradis sur BFM Business

Vidéo : Alltradis sur BFM Business

18 mai 2016
PME Stories donne la parole aux chefs d'entreprises et dirigeants de PME en croissance dans toute la France, et a pour but de présenter leur activité au grand public ainsi que de mettre en lumière leurs projets et perspectives d'avenir. Une émission résolument optimiste, qui permet de mettre en avant des secteurs d'activité parfois méconnus du public... Comme celui de la traduction et de l'interprétation de conférence ! 
Médical / pharmaceutique

Traduction médicale : un enjeu de plus en plus important

18 mai 2016
Aucun domaine scientifique n’a connu autant de révolutions et d’avancées ces dernières décennies que la médecine. D’une part, la recherche progresse à pas de géant dans des domaines aussi variés que la cardiologie, la génétique, la compréhension du vieillissement et les traitements médicamenteux, grâce à l’excellence des formations et au travail d’équipes de chercheurs internationaux.
Homme vs. Intelligence artificielle : le traducteur humain remporte une première bataille !

Homme vs. Intelligence artificielle : le traducteur humain remporte une première bataille !

18 mai 2016
Après le jeu de go et les échecs, ou encore plus récemment avec le poker, l'intelligence artificielle a montré son aptitude à défier des champions humains et à remporter...
Faut-il traduire la poésie ?

Faut-il traduire la poésie ?

18 mai 2016
Parce qu’elle est affaire de jeux de langage, de formes et bien souvent de musicalité, la poésie, plus encore qu’un autre genre littéraire, résiste à la traduction. Elle n’a pourtant cessé d’être traduite depuis des siècles alors, comment traduire l’intraduisible ?